FRANCE: VIVENDI ACCELERATES THE “TAKEOVER” OF LAGARDÈRE

Vincent Bolloré, patron of the Vivendi group, should retire in February 2022: it is assumed that accelerating the Opa on Lagardère tries to fix the company before leaving the helm to his children
Vincent Bolloré, patron of the Vivendi group, should retire in February 2022: it is assumed that accelerating the Opa on Lagardère tries to fix the company before leaving the helm to his children
Source

The conquest of the French media group by the Breton financier Vincent Bolloré is approaching its final stages. The Opa (the takeover bid aimed at shareholders to invite them to sell their shares to the company that would like to take control), initially scheduled for December 15, 2022, has been brought forward to February 2022. Vivendi will take control of Radio Europe 1, the RMF and Virgin Radio networks and the publishing houses Hachette and Editis. The Antitrust Authority and the CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) have yet to pronounce on the acquisition. They could impose the sale of certain assets in the book sector, particularly in France, because with the acquisition of the two big names in publishing and book distribution in France, Vivendi would have a dominant position. This and other aspects are discussed in the Italian monthly Prima Comunicazione, specialized in the world of publishing.

FRANCE: LAGARDÈRE CLOSES THREE LOCAL SITES OF VIRGIN RADIO AND RFM

LAGARDÈRE CLOSES THREE LOCAL SITES OF VIRGIN RADIO AND RFM
Among the Virgin Radio sites affected by the closure is Angers, the capital of Maine and Loire
Source

The Lagardère group has unveiled a plan to redeploy 30 journalists and 4 presenters involved in closing 26 Virgin Radio and four RFM locations. Ownership attributes the need for the cuts to the music broadcasters’ declining audience due to competition from streaming platforms. But the CFDT union disputes this, attributing the crisis to the group’s management problems, as the other major generalist radio stations have not lost listeners. On the contrary, the stations that will be closed have sent €3.6 million in dividends to the Lagardère group in 2020.

We have already discussed the crisis at the Lagardère Group here and here.

Desertification risk

Closing the network’s regional offices also reduces news coverage in certain territories, particularly rural areas, which are already under stress due to the crisis: since 2009, the number of journalists has fallen by 10%
Source

In the communiqué issued by the union, the workers are acknowledged for their dedication to working as presenters in the morning, especially in “isolated editorial offices“, with net salaries of less than 1,900 euros per month. And fearing the danger of information desertification in certain areas, particularly rural ones, the CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel) is asked to monitor the merger in progress within the group and compliance with agreements. Indeed, operators are obliged to open local offices in order to broadcast local advertising. ”Certainly, shareholders dream of radio stations without journalists or presenters, but the media will die that way.”

VIVENDI AIMS AT THE CONTROL OF LAGARDÈRE

The article of CB News enters in the details of the operation promoted by Vincent Bolloré, patron of the Vivendi group: the group would rise to 45% of the capital and 36% of the voting rights and would be obliged to the Opa
Source

A few months after entering the capital of the Lagardère group, Vivendi aims to take control: in recent days it has announced its intention to acquire the package of 18% owned by the Amber Capital fund and that it will then present the Opa. Vivendi, which already has 27% of Lagardère’s shares in its portfolio, has set December 15, 2022 as the time horizon, offering 24.1 euros per share, thus recognizing a premium of about 20% compared to the quotations. However, the transaction must obtain the green light from the CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), the Autorité des Marchés Financiers and the European Commission. In order to finance the acquisition, Vivendi’s owner Vincent Bolloré sold shares in Universal Music (retaining a sufficient 10% to maintain control), before listing the music giant on the Amsterdam stock exchange. The listing was a success, because compared to the placement fee set at 18.5 euros per share, the shares rose to 26.45 euros (+35%), giving the group a value of around 45.5 billion euros compared to 33 at the placement.

FRANCE: Radio blows out one hundred candles

31 May sees the start of the Festival de la Radio, a week celebrating radio with meetings, seminars, open houses, special programmes
31 May sees the start of the Festival de la Radio, a week celebrating radio with meetings, seminars, open houses, special programmes
Source

To celebrate the centenary of the first radio broadcast and the 40th anniversary of the liberalisation of the airwaves, the CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) has organised a festival to be held between 31 May and 6 June, 2021. Launched by the authority that regulates the French media system, the initiative will involve public and private broadcasters. 2021 marks the centenary of the first broadcast from the Tour Eiffel (24 December 1921) and 40 years since the liberalisation of the FM band (9 November 1981). But innovation will also be celebrated, as the first national multiplex in the digital band (DAB+) will be launched this year. History and archives, special programmes, media education seminars, lectures, open studios: many events will be organised during the week. Information is available here.

FRANCE Les radios françaises résistent au Covid-19

ABSTRACT (ENGLISH)

After speaking to the Italian radio editors, we asked French editors to tell us about the impact the pandemic has had on them. 97 radio stations replied, most of them community radio stations (83), giving us an insight into the reality they have faced which differs from that of the commercial radio stations monitored by SIRTI, the union that represents them. The radios have increased information (62%), organised fund raising and played a role in social solidarity. Advertising has halved (-49%) but the radio editors have survived the storm. To date only 1% of the staff has been laid off (34% in Italy), however 38% of the respondents have already applied for the advantages of the ‘partial employment’ scheme. Regarding energy consumption, which is a hot topic in Italy (45% of the budget goes in paying the bills), this is regulated in France and the cost is half (25%). At the end of the survey there are proposals made by the editors on how to come out of the crisis.

ARTICLE (EN FRANÇAIS)
La tour Eiffel, un des symboles de la grandeur française, a été sauvée par les radios. Elle devait être démolie au bout de vingt ans, mais elle était considérée comme une excellente antenne: en 1906, l'armée a commencé à l'utiliser, puis la marine. Aujourd'hui, elle est très fréquentée (elle est utilisée par 32 radios) et les loyers sont élevés, de sorte que pour couvrir la ville avec Dab, les compagnies de télécommunications proposent des sites alternatifs.
La tour Eiffel, un des symboles de la grandeur française, a été sauvée par les radios. Elle devait être démolie au bout de vingt ans, mais elle était considérée comme une excellente antenne: en 1906, l’armée a commencé à l’utiliser, puis la marine. Aujourd’hui, elle est très fréquentée (elle est utilisée par 32 radios) et les loyers sont élevés, de sorte que pour couvrir la ville avec Dab, les compagnies de télécommunications proposent des sites alternatifs.
Source

Après avoir interrogé les éditeurs italiens, nous avons demandé aux éditeurs français de nous parler de l’impact de la pandémie sur l’activité de leurs stations de radio. Les deux systèmes de media sont différents: en France, ils exploitent environ 900 radios (CSA – Conseil Supérieur de l’Audiovisuel), soit 6% de moins que les radios italiennes (957). Mais seulement une sur cinq est commerciale (environ 200, 22%), tandis que les 700 autres sont “associatives”: formule qui prévoit qu’une radio reste autofinancée et bénéficie d’une aide de l’Etat, avec une publicité qui ne peut dépasser 20% des recettes (et certaines stations ne la fournissent tout simplement pas). En Italie, par contre, les ratios sont inversés: 65% des stations (624) vivent grâce aux recettes publicitaires et pour les 333 stations, il n’y a qu’une limitation du nombre de spots publicitaires à diffuser (10% par heure, soit 6 minutes : pas peu).

Plus d’une station de radio sur dix a répondu

Les studios de RCF (Radio Crétienne Francofone), un réseau de 64 stations communautaires qui font appel à environ 3000 bénévoles
Les studios de RCF (Radio Crétienne Francofone), un réseau de 64 stations communautaires qui font appel à environ 3000 bénévoles
Crédits: Vincent Moncorge

L’enquête a été réalisée par 97 diffuseurs, pour la plupart des associations (83), dont 78 radios locales, 5 régionales, une multirégionale et une nationale. Cela nous a permis d’enquêter sur une réalité complémentaire à celle des radios commerciales, déjà contrôlées par Sirti, le syndicat qui les représente (nous en avons parlé ici). La réponse à l’urgence a été similaire à celle des radios italiennes : au-delà des Alpes également, les radios ont réagi en renforçant l’information, en organisant des collectes de fonds et en jouant un rôle de cohésion sociale.

Publicité (et recettes) réduite de moitié? Il est “coupé”, mais seulement en grands groupes

Les studios de Azur FM, la première radio associative alzacienne émettant sur cinq fréquences
Les studios de Azur FM, la première radio associative alzacienne émettant sur cinq fréquences
Source

La publicité a été réduite de moitié en moyenne (-49%), ce qui reflète la situation des stations de radio multirégionales (-50%), tandis que les spots publicitaires (-72%) et les stations de radio nationales (-90%) ont souffert. Le “préjudice” causé aux associations, qui se concentrent moins sur la publicité, a été limité: pour elles, la baisse a été de 24%. Le renforcement des espaces d’information a été en moyenne de 62% (54% en Italie), mais comme nous l’avons observé en Italie, les radios et réseaux nationaux ont fait beaucoup plus, augmentant les nouvelles de 85 et 105% respectivement, contre 63% pour les associations. Un effort organisationnel autofinancé, non indifférent et soutenu. Les éditeurs, grands et petits, ont résisté à l’impact sans recourir aux licenciements: des petites réalités aux stations de radio nationales, seulement 1,34% du personnel a été licencié (en Italie 34%). Mais 38% des entreprises ont demandé un chômage partiel, en particulier les radios multirégionales (55%). Les associations et les commerciaux sont au même niveau (avec respectivement 40 et 41%), aussi parce qu’ils sont gérés en moyenne par 5 employés et 40 bénévoles. Les grands groupes, au contraire, ont déjà commencé à couper : nous en avons parlé ici.

Juste ce qu’il faut au frais de fonctionnement

Le CSA Conseil Supérieur de l'Audivisuel, est l'autorité publique qui réglemente également la planification des fréquences
Le CSA Conseil Supérieur de l’Audivisuel, est l’autorité publique qui réglemente également la planification des fréquences
Source

En France, l’éther est planifié et l’énergie n’est pas gaspillée: les factures d’électricité n’absorbent qu’un quart du budget annuel d’un radiodiffuseur, alors qu’en Italie, elles sont presque deux fois plus élevées (45 %). Seul un faible pourcentage de répondants (10%) est favorable à la réduction de la puissance des systèmes, mais ils souhaiteraient l’appliquer à tous les émetteurs, même ceux de moins de 100W. Concernant la durée de la réduction, 54% la limiteraient à trois mois, tandis que 27% souhaiteraient la maintenir pour toujours.

De nombreuses idées pour redémarrer

Les droits d'auteur sont gérés par deux sociétés: la Sacem est responsable des droits des auteurs, compositeurs et producteurs de musique; la Spre celle des artistes interprètes et producteurs de musique
Les droits d’auteur sont gérés par deux sociétés: la Sacem est responsable des droits des auteurs, compositeurs et producteurs de musique; la Spre celle des artistes interprètes et producteurs de musique
Source

Nous avons regroupé les suggestions des éditeurs par thèmes, en essayant de les transformer en propositions dont les associations devront être les porte-parole. Deux radios sur trois (66%) demandent une prime et un fonds de soutien, mais sur le reste des mesures, il y a une nette distinction entre les radios commerciales et associatives. Les premiers demandent une aide financière, une réduction des impôts (ou leur suppression pour 2020 et 2021) et des charges salariales. Il y a ceux qui pointent du doigt les droits d’auteur (gérés par la Sacem et la Spre) et ceux qui suggèrent au gouvernement de prévoir un crédit d’impôt pour les annonceurs, pour relancer la publicité (une mesure également envisagée en Italie). Les radio associatives, quant à elles, réclament des subventions exceptionnelles, une augmentation du FSER (Fonds de soutien à l’expression radiophonique locale) et des formes de soutien indirect, comme la diffusion de messages d’intérêt général (payés par le gouvernement) afin de faire rentrer de l’argent frais dans les caisses désormais vides. Mais aussi des solutions rapides, telles que la réduction de la TVA. En bref, le monde entier est un pays, même le fait que (comme cela s’est produit dans le cadre d’une enquête italienne similaire), un seul éditeur s’est déclaré satisfait de ce que le gouvernement a fait jusqu’à présent pour la radio. 

Translate »